Steeve Iunker

Oeuvres exposées

Nicolas Fraisse, de la série Tenter L’invisible, 2018

Nkisi Nkondi, de la série Tenter L’invisible, 2018


Les dimensions invisibles

Dans chaque culture, on trouve des histoires de lieux hantés, d’apparitions, de médiums et, plus généralement, de phénomènes dits « paranormaux » ou « surnaturels ». Ces histoires disent et organisent le lien entre le monde physique, matériel et un monde invisible et immatériel conçu comme positif ou négatif, lumineux ou dangereux.

On peut s’intéresser à cette dimension de l’invisible et de son intersection avec le monde matériel du point de vue de la croyance, du point de vue social et anthropologique ou encore du point de vue de l’histoire des religions, en considérant l’évolution de ces phénomènes et de leur réception selon leur inscription dans un courant religieux ou ésotérique donné. De nombreuses publications en sont le signe et explorent des aspects variés et des compréhensions différenciées de ces phénomènes. Il existe également toute une série d’expériences scientifiques menées sur des médiums, des guérisseurs ou des voyants, par exemple, pour essayer d’objectiver, de prouver ou d’infirmer leurs « pouvoirs ».

Une approche poétique et non dualiste

On peut également approcher cette dimension de l’invisible de manière poétique, en la considérant comme une invitation au voyage et à la curiosité et en ne cherchant pas tant à objectiver des représentations et des récits qu’à se demander ce qu’ils disent de nous et de notre sensibilité, de notre compréhension de la vie.

C’est ce que se propose de faire Steeve Iuncker, en explorant de manière visuelle divers lieux connus pour avoir été le théâtre d’apparitions ou de phénomènes surnaturels. Utilisant tout d’abord la sensibilité de la pellicule argentique, il s’approprie également divers outils comme le film numérique et les enregistrements sonores pour tenter de cerner des atmosphères, des sensations. Comme dans d’autres projets[1], sa démarche se veut ouverte et interrogative, subjective, cherchant la sensibilité du regardeur et ses questionnements intimes.

Ce projet est ainsi un chemin ouvert, où le photographe accepte de se laisser guider de lieu en lieu et de personne en personne, dans un territoire mystérieux où l’inattendu sera le premier invité. Prises de vue avec temps d’exposition très longs de lieux dits hantés, portraits de personnes dotées de dons de divination ou de médiumnité, enregistrements d’atmosphères sonores, séquences filmées de lieux insolites : entre captation et création, il s’agit avant tout de suggérer un monde caché tout autant que de prendre le risque de se confronter à des rencontres inconfortables, voire inquiétantes.

Le paradoxe de la photographie

Le mythe de la photographie comme trace directe du réel n’a jamais pu être complètement déconstruit dans les mentalités. Il peut donc paraître paradoxal, à première vue, d’utiliser l’indicialité de la photographie pour partir en quête de l’invisible et du surnaturel. Pourtant, la photographie est également liée, historiquement, au paranormal, comme a pu le montrer l’exposition Le troisième œil. La photographie et l’occulte en 2004-2005[2]. En effet, les milieux spirites ont régulièrement eu recours à la photographie pour prouver les phénomènes paranormaux, particulièrement entre les années 1870 et les années 1910.

Il s’agit ici de reconnaître ce registre visuel préexistant, fait d’ectoplasmes, de revenants et d’autres esprits apparaissant grâce à la double exposition et à d’autres manipulations – mais également de s’en détacher, pour s’inscrire dans une approche qui fait écho à l’évolution de la posture du chercheur, comme dans l’ouvrage fondateur de l’ethnologue Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts[3], sur la sorcellerie dans le bocage mayennais. Dans la vision scientifique contemporaine, le chercheur est ainsi souvent compris comme faisant partie de son champ de sa recherche, car il l’influence forcément. On ne cherche donc plus tant à prouver qu’à observer et décrire les interactions.

C’est sur ce mode opératoire que se fonde le photographe Steeve Iuncker. Il entend enquêter sur ces « lieux d’apparition de l’invisible » à travers un médium visuel sensible, sans chercher à argumenter mais plutôt à observer et enregistrer des traces d’éventuelles présences ou énergies qui auraient leur « mode d’existence propre »[4] - ou en tout cas à interroger notre rapport à l’invisible à travers la photographie, entre art et document.

Caroline Recher

 

[1] Voir par exemple les projets A jeudi, 15h (1996-1998), L’instant de ma mort (2012), Se mettre au monde (2014-2016).

[2] Le troisième œil. La photographie et l’occulte, commissariat de Clément Chéroux et Andreas Fischer, Maison Européenne de la photographie, Paris, du 03.11.2004 au 06.02.2005, puis Metropolitan Museum of Art à New York du 26.09 au 31.12.2005 (A Perfect Medium : Photography and the Occult).

[3] Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977.

 

 

www.iuncker.ch

Présentation

Vit et travaille à Genève

Faire face. Ne pas se contenter de regarder mais voir. Ne pas glisser sur la surface des choses mais, comme le fait la lumière s’accrocher à elles, se fondre dans leurs aspérités et les révéler. Les taillader avec précision pour guider dans le cadre notre regard fatigué de trop de sollicitations jusqu’à en devenir aveugle en se croyant clairvoyant. Montrer, ne pas juger mais ne jamais flatter, installer la tension entre l’évidence d’une «objectivité» photographique qui ne dépend  pourtant que du choix de l’opérateur, de son point de vue sensible, et éviter tout romantisme, toute sensiblerie déplacée. C’est à cela que nous invite Steeve Iuncker. A une approche parfaitement photographique, retenue, dénuée de spectaculaire redondant, directe, qui met en jeu les composantes fondamentales du temps, du cadre et de la lumière pour nous permettre d’approcher matières, espaces et signes.Alors, au travers de ses propres expériences, de ses décisions radicales de traitement, de ses dispositifs rigoureux, il peut nous guider vers l’essentiel, vers les grands questionnements universels. Vers le sens de la vie et de la mort, celui de la beauté, thèmes éternels, angoisses séculaires qui génèrent des mythes, des cultures, des rites. Steeve Iuncker ne chasse pas les icônes. Il montre. De façon réaliste, libre et salutaire. Même si cela peut sembler provocateur ou choquant. Il nous demande seulement d'accepter de voir. D'être responsables et lucides. Et je repense encore à Roland Barthes : « La photographie, c’est ce dont je suis définitivement exclu ».

Christian Caujolle

Photographie: Se mettre au monde, 2016