Steeve Iunker

www.iuncker.ch

Présentation

Faire face. Ne pas se contenter de regarder mais voir. Ne pas glisser sur la surface des choses mais, comme le fait la lumière s’accrocher à elles, se fondre dans leurs aspérités et les révéler. Les taillader avec précision pour guider dans le cadre notre regard fatigué de trop de sollicitations jusqu’à en devenir aveugle en se croyant clairvoyant. Montrer, ne pas juger mais ne jamais flatter, installer la tension entre l’évidence d’une «objectivité» photographique qui ne dépend  pourtant que du choix de l’opérateur, de son point de vue sensible, et éviter tout romantisme, toute sensiblerie déplacée. C’est à cela que nous invite Steeve Iuncker. A une approche parfaitement photographique, retenue, dénuée de spectaculaire redondant, directe, qui met en jeu les composantes fondamentales du temps, du cadre et de la lumière pour nous permettre d’approcher matières, espaces et signes.Alors, au travers de ses propres expériences, de ses décisions radicales de traitement, de ses dispositifs rigoureux, il peut nous guider vers l’essentiel, vers les grands questionnements universels. Vers le sens de la vie et de la mort, celui de la beauté, thèmes éternels, angoisses séculaires qui génèrent des mythes, des cultures, des rites. Steeve Iuncker ne chasse pas les icônes. Il montre. De façon réaliste, libre et salutaire. Même si cela peut sembler provocateur ou choquant. Il nous demande seulement d'accepter de voir. D'être responsables et lucides. Et je repense encore à Roland Barthes : « La photographie, c’est ce dont je suis définitivement exclu ».

Christian Caujolle